affiche_geopolitique_langues

Publicités

Programme du colloque

Programme du colloque

Matinée :

9h00 : Allocutions d’ouverture.

Séance 1 : Monde arabe.

Modérateur : Lahcen OUASMI (FLSH Ben M’sik, Maroc).

9h15 : Yves MONTENAY (ICEG Paris) : Les politiques linguistiques en histoire longue.

9h30 : Rasmus Gjedsso BERTELSEN (Université Arctique de la Norvège) : Universités américaines et françaises dans le monde arabe : système mondial des langues, stratégie et pouvoir.

9h45 : Ouafa BRINIS (Université Badji Mokhtar, Algérie) : La spécificité géopolitique de la « lingua franca » : un mixte de langues entre le monde arabe et l’Europe.

10h00 : Peter KONERDING (Université Bamberg, Allemagne) :

التأثير الجيوسياسي في تعليم اللغة العربية للناطقين بغيرها في المغرب، فرنسا وألمانيا.

10h15 : Mounira CHARIET (Sciences Po Aix, France) : Le français en Algérie ou les contraintes géopolitiques d’une politique des langues.

10h30 : Ezzedine BOUHLEL (FLSH de Sousse, Tunisie) : Les langues de Tunisie : conflit ou complémentarité ?

10h45 : Clémentine RUBIO (Université François Rabelais de Tours, France) : Poids des politiques de diffusion du français en Palestine.

11h15 : Débat.

Après-midi :

Séance 2 : Maroc : Politiques linguistiques.

Modérateur : Nadia OUACHENE (FLSH Ben M’sik)

14h30 : Mohamed MELIANI (Université Ibn Tofail, Maroc) : Politique linguistique au Maroc, mise en œuvre et défiances.

14h45 : Assia BENABID (Faculté des Sciences Ben M’sik) : Le pouvoir de la langue et son rapport social avec autrui.

15h00 : Mostafa RECHAD (Université Hassan II de Casablanca, Maroc) : Droits linguistiques de l’Homme : le cas de la langue des signes au Maroc.

15h15 : Ahmed BOUOUD (FLSH Aïn Chock, Maroc) : Quel est l’enjeu de la traduction d’une langue centrale à une langue périphérique? Le cas de l’arabe et de l’amazighe.

Séance 3 : Maroc : Pédagogie et enseignement.

Modérateur : Taher OUAZZANI (FLSH Ben M’sik).

15h45 : Mohammed BERGADI (Faculté des Sciences Ben M’sik, Maroc) : Politiques linguistiques au Maroc : enjeux et perspectives.

16h00 : Chloé PELLEGRINI (Université Aix-Marseille) : Pédagogies linguistiques et constructions des identités langagières en milieu scolaire public marocain.

16h15 : Mouna ABOUFIRASS (Faculté des Sciences Ben M’sik, Maroc) : La politique de la démocratisation de l’enseignement au Maroc entre arabisation, bilinguisme et missions étrangères.

16h30 : Rachida BOUZNAKARI (FSEJS Mohammedia, Maroc) : De l’insécurité linguistique en apprentissage du français langue étrangère au Maroc.

16h45 : Débat et synthèse générale.

Colloque international : Géopolitique des langues dans le monde arabe

Université Hassan II de Casablanca

Faculté des Lettres et des Sciences Humaines Ben M’sik Casablanca

Laboratoire de Langues, Littératures et Communication

Groupe de Recherche en Linguistique, Communication et Médias

Colloque international

Géopolitique des langues dans le monde arabe

16 novembre 2016

 

Appel à communication

C’est un sujet très ancien, qui a passionné les gestionnaires de l’empire ottoman et les puissances coloniales européennes (cette précision parce que d’une certaine façon l’empire ottoman était, lui aussi, un colonisateur), mais que les pays arabes ont un peu négligé ensuite pour des raisons d’unité nationale, voire religieuses ou de crainte d’un néocolonialisme.

En se limitant aux principales langues en jeu, il s’agit de la géographie et du rôle économique et social des langues locales : l’arabe et ses différentes variétés dialectales, les langues berbères (terme d’usage en français) ou amazighs (pour leurs locuteurs et selon la terminologie de l’IRCAM) et, plus accessoirement l’araméen ou le somali, voire le swahili qui n’est pas parlé dans le monde arabe mais est lié à son histoire. Il s’agit également du rôle des deux principales langues étrangères «ex-coloniales», le français et l’anglais, et, accessoirement, de l’italien et de l’espagnol.

C’est également un sujet abordé de façon partielle, car cloisonné, par des disciplines différentes : la littérature, la linguistique, la géographie (dont la démographie) et l’histoire. Les littéraires sont précieux pour la compréhension des hommes et du monde, de l’enracinement identitaire à l’ouverture internationale, les linguistes pour connaître la réalité des langues en tant qu’objet d’étude (origine, structure, vocabulaire, niveaux d’analyse…), avec parfois une tendance à les fractionner à l’infini, tandis que les historiens nous renseignent sur les processus qui ont amené telle langue à progresser et telle autre à dépérir. Quant à la géopolitique, elle a pour objectif de décloisonner les recherches et les réflexions.

Par ailleurs, les problèmes abordés concernent les enseignements, de tous les niveaux depuis la maternelle, qui influent parfois sur le choix de la langue parlée à la maison par les parents et qui peuvent avoir une répercussion sur le choix des autres personnes en contact avec les enfants. Ils concernent également les politiques, qui peuvent raisonner «de bas en haut» (s’organiser en fonction du choix des populations) ou de «haut en bas» (s’organiser pour que l’usage des langues se plie à leurs idées, notamment sur l’identité nationale ou religieuse).

Les communications proposées devront donc illustrer l’articulation entre les différentes disciplines, par exemple en analysant un problème local précis dans une région du monde arabe. Elles pourront donc être individuelles ou collectives, c’est-à-dire rassembler sur une même communication deux ou trois chercheurs de disciplines différentes. Elles pourront aussi comparer des situations arabes à des exemples extérieurs.

D’autres questions pourront constituer des axes de recherche ou des pistes de réflexion et d’analyse :

Quelles sont les spécificités géopolitiques des langues dans chaque région du monde arabe ?

Quelle est la nature des rapports entre les différentes langues en coexistence ?

Quels sont les enjeux et les conséquences des différentes situations (socio)linguistiques et des politiques linguistiques adoptées dans le monde arabe ?

Quelle est la part de crédibilité et de retentissement des différents mouvements de défense des langues minoritaires dans le monde arabe ?

Quelles leçons tirer des expériences occidentales ?

Ces questions, voire d’autres, animeront le colloque international qui sera organisé le 16 novembre 2016 à la Faculté des Lettres Ben M’sik Casablanca autour du thème : Géopolitique des langues dans le monde arabe.

Modalités de participation

Les propositions de communication devront être envoyées avant le 31 juillet 2016 sous forme de résumé de 300 mots au format Word à l’adresse suivante : colloque.geolangues@gmail.com. Le résumé devra contenir le titre de la communication, le nom et le prénom du chercheur, sa fonction, son organisme de rattachement et les mots-clés.

Les frais de participation au colloque s’élèvent à 1000 dh (100 €) pour les enseignants chercheurs et 500 dh (50 €) pour les doctorants, couvrant le séjour et les repas.

Le comité d’organisation recommande fortement aux chercheurs de proposer des recherches originales et récentes en adoptant une approche scientifique et analytique. Les résumés seront évalués par le comité scientifique.

Calendrier

31 juillet 2016 : Date limite d’envoi des résumés des communications.

10 septembre 2016 : Notification des chercheurs.

30 octobre 2016 : Envoi du texte de la communication pour la publication.

16 novembre 2016 : Tenue du colloque à Casablanca.

2017 : Publication des actes du colloque.

Langues de communication

Français, Arabe et Anglais.

Comité scientifique

Yves MONTENAY (ICEG, France) – Ibtissem CHACHOU (Université de Mostaganem, Algérie) – Josiane BOUTET (Université Paris VII) – Mourad MAWHOUB (FLSH Ain Chock Casablanca) – Barbara LOYER (Institut français de géopolitique, Paris 8) – Abdelouahed MABROUR (Université Chouaib Doukkali) – Rachid El HADARI (FLSH Ben M’sik Casablanca) – Pascaline LEFORT (Université de Picardie Jules Verne) – Taoufik JAAFARI (FLSH Ben M’sik Casablanca) – Abdelmajid JAHFA (FLSH Ben M’sik Casablanca) – Abdelaziz BOUDLAL (Université Chouaib Doukkali) – Mohamed MOUHIDDINE (FLSH Ben M’sik Casablanca) – Azzedine BOUHLEL (FLSH Sousse, Tunisie) – Ahmed BOUOUD (FLSH Ain Chock Casablanca) – Samira DOUIDER (FLSH Ben M’sik Casablanca) – Lahcen OUASMI (FLSH Ben M’sik Casablanca).

Comité d’organisation

Lahcen OUASMI – Nadia OUACHENE – Latifa IDRISSI – Youssef SEFRI.